SEVIO

SEVIO

Auteur Compositeur

Vatican II

Né bien après Vatican II
Je n’ai pas connu envieux
Ni latin, ni soutane, ni sermons
Et pu assister à de belles extrêmes onctions
Nos églises se vident c’est dans le jargon
Ce qu’on appelle la crise des vocations

Avouez que c’est anormal
Dans une France qui va si mal
Autant de postes pour tant de chômeurs
Qu’il n’y ait pas, charitable, une âme de cœur
Pour prendre les clés de nos presbytères
Et veiller au salut de nos grands-mères
Sans compromettre bien sûr nos grands-pères
Nos églises se vident, c’est dans le jargon
Ce qu’on appelle la crise des vocations

Parmi ces familles de haute vertu
Qui manifestent dans la rue
Contre les homos, la PMA
N’y aurait-il pas dans tous ceux là
Un vivier de besogneux candidats ?
Pour qu’ils franchissent enfin le pas
Ouvrons grandes les portes du célibat
Mais toujours rien à l’horizon !
C’est une grave crise des vocations

Le niveau scolaire baisse, c’est un fait
Même les séminaires ne font plus recette
Employons donc des chasseurs de tête
Pour débaucher une ursuline polonaise
Une carmélite albanaise
Une roumaine débonnaire
Qui prendront sans comprendre nos confessions adultères
Mais toujours rien à l’horizon !
C’est une grave crise des vocations

Conciles, conclaves se jouent à guichet fermé
Pullule la pourpre et l’anneau violet
Cardinaux et évêques de vos chaires descendez
Pour gouter dans un plaisir moins raffiné
A la pièce montée de la communion du dernier
Ecouter les très lourds klaxons dès le mariage célébré
Et les blagues scélérates complètement bourrés
Mais même pas un diacre à l’horizon !
C’est vraiment une crise des vocations

Moi qui préfère les écrits de Voltaire
A ceux de Claudel, vous l’avez deviné j’espère
Je regrette pourtant l’époque bénie
Où la source n’était pas tarie
Où chaque dimanche avec délice
On pouvait pisser dans un calice
Bref… en somme bouffer du cureton
Sans craindre la moindre désaffection.