SEVIO

SEVIO

Auteur Compositeur

Sauf votre respect

Jeune fille avec impudeur je vous avoue
Qu’en esthète éclairé vos charmes me rendent fou
Vos formes généreuses dans vos bas de soie
Rendraient aux défunts la nostalgie d’ici-bas.

Sachez portant que si de jeunes éphèbes vous font la roue
Ou que des vieux noceurs grisons vous couvrent de bijoux
Ils le font moins pour votre esprit que vos attributs
L’ardeur que vous mettez peut en être déçue

Sur d’autres berceaux Vénus s’est penchée sans démériter
Et toutes ont perdu le sens du péché jusqu’à satiété
Dans le jeu des étreintes elles excellent avec un zèle
Vous passerez pour une jeanne encore pucelle.

De grâce ne vivez pas que pour votre plumage ni votre ramage
Car passés les derniers baisers à la fin du voyage
Cicéron de déclarer : Post coitum animalé tritsé
Encore faut-il pour le savoir quelques humanités

La nature flétri la beauté en toute chose
Dès les premières rides au cou et les couperoses
Vous toucherez l’éphémère bien vite à vos dépends
De fraîches ingénues prendront votre place avec empressement

Alors ni jeune loup ni encore trop vieux vous me reviendrez
Je gouterai au bonheur posthume de vos atouts passés
Mais je vous rassure : ma gloire et mon succès seront sans ivresse
Quand je toucherai votre corps tout fripé je vous le confesse
Oui je vous rassure : ma gloire et mon succès seront sans ivresse
Quand je toucherai votre corps suranné je vous le confesse.
Je vous le confesse.