SEVIO

SEVIO

Auteur Compositeur

Cambrai

Devenu irritable, ténébreux
J’étais pourtant espiègle, joyeux
Mais loin l’idée ce soir de faire mon autocritique
Mon intra-bile devenue chronique
Je le dis calme, serein et sans détour
Je la dois à la bêtise, à toutes celles qui m’entourent

Bêtise Affligeante, bête ou méchante
Navrante, gratuite ou très virulente
Bêtise insondable ou effrayante
Elle me laisse sans voix
Ou me mets aux aboies

Naïf, duveteux, jeune perdreau
Je l’ai vu imbécile sous les préaux
Pubère mais au cuir encore très attendri
Elle fut abyssale chez bien des amis conscrits
Et je ne peux m’y résoudre, loin s’en faut
Quand elle est hiérarchique, mesquine chez un chef de bureau

Bêtise Affligeante, bête ou méchante
Navrante, gratuite ou très virulente
Bêtise insondable ou effrayante
Elle me laisse sans voix
Ou me mets aux aboies

Frénétique elle s’immisce dans mon lit
Sous de lumineuses insomnies
Et quand Morphée prend par chance son tour d’avance
Une autre insidieuse me frappe et s’avance
Alors irascible au matin
Je la redoute, et ne veux croiser son chemin

Bêtise Affligeante, bête ou méchante
Navrante, gratuite ou très virulente
Bêtise insondable ou effrayante
Elle me laisse sans voix
Ou me mets aux aboies

Sans limite et sans frontière
Elle parade, fière et altière
Et quand de bons apôtres toujours l’honorent
Alors notre époque est bien sur son âge d’or
Impudique elle s’affiche sur tous les réseaux
En chinois, en anglais, en majuscule, en espéranto

Bêtise Affligeante, bête ou méchante
Navrante, gratuite ou très virulente
Bêtise insondable ou effrayante
Elle me laisse sans voix
Ou me mets aux aboies

Devenu irritable, ténébreux
J’étais pourtant espiègle, joyeux
Mais loin l’idée ce soir de faire mon autocritique
Et pour conclure cette acariâtre chronique
Puisque tout un chacun la subie
Pourquoi la bêtise se multiplie ?